dissonace.jpeg
DISSONANCE

JULIAN SEMIAO

Pour sa nouvelle série Dissonance Julian Semiao puise dans sa vie de jeune citadin. Il se laisse  bercer par les images auxquelles il est confronté et les aléas de la ville qui l’inspire pour faire  émerger ses idées. Sa composition ne commence pas par une juxtaposition d’images immédiates,  mais par un long travail d’observation. Cette recherche commence en puisant son inspiration à  travers les photographies d’archive de ses amis photographes représentant la simplicité d’un  repas ou l’effervescence d’une soirée, pour ensuite être intégrée par l’artiste dans ses  compositions. Il choisit de laisser la liberté au spectateur d’y trouver ses propres lectures et  associations. 

Avec un système de représentation qui pourrait au premier abord être emprunté à la bande  dessiné Julian Semiao joue avec la narration et le sens de lecture de l’œuvre pour revisiter la  question de figuration. 

L’artiste suggère le sens sans jamais l’imposer et joue d’une certaine complicité avec le spectateur. Il en va des objets du quotidien comme des éléments plus symboliques. Dans les  aplats de couleurs, dans l’épuration des formes et des espaces, disparaissent particularismes et  déterminants sociologiques pour ne laisser que les prémices d’une mythologie contemporaine désincarnée et libre d’interprétations futures. 

Ici l’œuvre n’a pas de mission idéologique. Dans cette accumulation de références populaires et quotidiennes, Julian Semiao prône une superficialité désinhibée et joyeuse dans laquelle toute sa  génération peut s’identifier. 

Le tableau devient un espace où images et icônes de la culture se déversent et flottent dans  l’espace de la toile. Plus il accumule les stéréotypes, plus il réinvente le référent sous la forme  de fantasmes collectifs auxquels chacun participe. Autant de toiles comme autant de paradigmes  politiques, sociologiques et émotionnels, prismes de lecture de nos contemporanéités.

Infos utiles : 

Exposition visible du 28 février au 20 mars 

Vernissage le jeudi 3 mars à partir de 19h 

Galerie WAWI, 49 rue Albert Thomas, 

Ouvert du mercredi au vendredi de 15h à 20h et samedi dimanche de 14h à 19h 

LES OEUVRES DE L'EXPOSITION DISSONANCE